Panier Vide 
 

Les perles des présidentielles

Note : 0/5
Les perles des présidentielles
Auteur : Christophe Combarieu
Lieu de résidence : Paris
Parution : Mars 2017
Editions Fortuna – Genre/rayon : Humour
Prix TTC : 5,90 €
Impression du prix : Oui
TVA : 6 %
Format : 100 x 150 mm
Nombre de pages : 112
ISBN : 978-2-87591-158-2
Fournisseur : Editions Fortuna
Prix:
Prix : 5,90 €
Prix HT : 5,57 €
TVA : 0,33 €
Description du produit

La course folle à l’Élysée pousse les candidats à prononcer d’incroyables perles !

Ils utilisent la même arme de séduction massive : la communication ! Presse, réseaux sociaux et meetings sont autant de tribunes où les marathoniens doivent séduire, charmer et surtout convaincre !

Si la rhétorique est un art, elle n’est pas toujours utilisée à bon escient et ne met pas nos politiques à l’abri ni des dérapages ni des lapsus les plus improbables.

Lorsque parfois un éclair jaillit : mieux qu’un programme, le sérieux fait place à l’humour plus ou moins maîtrisé et souvent... involontaire !

Christophe Combarieu est LE spécialiste du zapping, est LE spécialiste du zapping, avec son site zap-tele.com et sa page hebdo dans Télé 7 Jours. Il est également chroniqueur Culture chaque semaine sur diverses chaînes de télévision.

Il a déjà publié aux éditions Fortuna :
- Les perles des jeux télé
- Les perles de l'info
- Les perles des politiques

 

PREFACE DE GERALD DAHAN


Gérald Dahan est un humoriste, imitateur, animateur de radio et un acteur français. Il est connu pour ses chroniques sur France Inter et ses imitations étonnantes de personnalités françaises. Il dirige également le théâtre Le Nez Rouge à Paris.
Gérald Dahan va signer la préface et en parallèle sera justement sur scène chaque soir jusqu'à la présidentielle, avec son nouveau spectacle :
"DAHAN PRESIDENT(S)"
Christophe Combarieu le rejoindra sur scène chaque semaine pour une "Revue de presse politique", le programme sera diffusé en direct sur tous les réseaux sociaux.
Une préface dans un livre, c’est comme des préliminaires en amour, c’est plus sexy avec. À fortiori dans une période d’« érection présidentielle ».
En cette année 2017, tous nos ténors politiques du moment, aussi nombreux soient-ils, s’imaginent en capacité, non seulement d’être érigés au plus haut sommet de l’Etat, mais également de pouvoir gouverner notre pays et régner sur leurs sujets. Au royaume des cons, il manque toujours un Roi. Qui aura la couronne cette année ? Emmanuel Macreux, François Fion, Marine Le Pire, Jean-Luc Mélangetout, Benoit Habon ?
Coluche a dit : « Si voter servait à quelque chose, ça ferait longtemps que ce serait interdit... » C’est drôle. Mais j’espère parfois qu’il avait tort. Sauf qu’à bien y réfléchir, quand on voit que les États-Unis ont soi-disant élu un président « novice » qui s’appelle Donald, c’est « Disney-Glandes » pour le monde entier et la pilule est difficile à avaler pour Hillary Clinton qui avait pourtant obtenu davantage de suffrages en terme de voix. N’en déplaise aux Russes, avec qui Mr Trump serait « de mèche » à tous les niveaux.
Les campagnes électorales sont d’une rare violence entre les impétrants. Élection après élection, la stupidité monte d’un cran alors que le niveau politique, lui, ne cesse de baisser inexorablement. Le pire n’est jamais décevant. En France, Mitterrand nous a fait regretter de Gaulle, Chirac nous a fait regretter Mitterrand, Sarkozy nous a fait regretter Chirac, Hollande nous a presque fait regretter Sarkozy, et le prochain président commence déjà à nous faire regretter Hollande ! Alors que l’heureux élu ne l’est pas encore, et qu’on ne sait même plus pour qui voter puisqu’aujourd’hui on ne vote plus pour, mais davantage contre quelqu’un. Un vote par dépit. Il faut avouer que la situation politique est inédite. Sous la Ve République, jamais un président en fonction n’avait renoncé à se représenter. « Le renoncement c’est maintenant », c’est ce que je fais dire, entre autres, à Hollande lorsque je l’imite sur scène. Pour la droite, la situation est « abracadabrantesque » car jamais un candidat n’avait été autant discrédité avant même que la campagne ne démarre officiellement.

En pleine affaire du Pénélope Gate, dans le camp de l’ex-UMP, pour remplacer Fillon, il n’y a pas de Plan B, il n’y a que des plombés. Juppé ne se sentirait-il plus assez crédible pour remplacer un candidat soupçonné d’emploi fictif ? Il faut dire que lui-même a déjà été carrément condamné pour le même motif.
Ce qui serait inattendu, c’est que l’élection de cette année soit finalement reportée par le Conseil constitutionnel et que ce soit Hollande qui reste président. Il pourrait ainsi finalement changer d’avis et se représenter plus tard et pourquoi pas être réélu... Machiavélique ? Non politique... On a l’impression que tout peut arriver depuis l’affaire DSK. Dallas, j’vous dis !
Les hommes politiques qui s’exposent délibérément au-devant de la scène médiatique sont de pire en pire. À droite comme à gauche, les magouilles et les pots-de-vin sont légion et rien ne change. Force est de constater que pour nos politicards, à 900 euros par mois, on est un assisté, alors qu’à 900 000 euros on est une assistante... Quelle époque épique ! Et dire qu’on ose critiquer les républiques bananières, alors que tous nos partis trichent, à commencer sur les scrutins internes. Mais bien sûr, ils vous jureront tous, les yeux dans les yeux, qu’ils sont exemplaires. Avec Sarkozy on a compris qu’en politique, si à 60 ans t’as pas de bracelet électronique, c’est que t’as raté ta vie. Et depuis Cahuzac, on s’est aperçu qu’il valait mieux avoir un compte en Suisse qu’un contentieux...
Un recueil des perles de nos dirigeants dans les périodes présidentielles était absolument nécessaire. Merci mon bon Messire Combarieu de nous le livrer ci-présent. Vous avez ce talent-là de relever et de dénicher les moindres décalages de nos chers Guignols ! Car si les célèbres marionnettes sont désormais en crypté, à mon avis, c’est parce que les vrais Guignols sont maintenant en chair et en os et en clair sur toutes les chaînes ! La réalité dépasse le fictif et la fiction. Que chaque page du livre que vous avez en mains nous rassure donc dans notre conviction commune, qui est de plus en plus forte chez chacun d’entre nous : votons d’abord pour le parti d’en rire !
Vive Christophe Combarieu et vive le fric ! Hein ? C’est pas payé ma préface ? Ah... bon ben alors, euh... Vive mon copain Christophe Combarieu et vive la France ! ;-)

 

 

Commentaires des clients

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.