Panier Vide 
 

Les Secrets Alchimiques de Montpellier

Note : 0/5
Les Secrets Alchimiques de Montpellier
Léon Gineste,
EAN 9782930424262,
ISBN 978-2-930424-26-2,
Parution octobre 2009,
700gr, 550 pages, format 16x24
Fournisseur : Editions Fortuna
Prix:
Prix : 35,00 €
Prix HT : 33,18 €
TVA : 1,82 €
Description du produit

Chaque ville est bâtie sur le mystère de sa fondation. Une donation, ou une fausse donation comme les moines en fabriquaient par centaines, nous apprend que Montpellier aurait été créé en 985. En effet, le comte de Melgueil aurait fait un don au sieur Guilhem d’un lieu où demeurait un certain Amalbert. Depuis lors, ce sieur Guilhem, jusque-là parfait inconnu de tous, n’ayant ni titre ni conjoint devint l’ancêtre de tous les seigneurs de Montpellier. Était-il apparenté à Guihem, comte d’Orange devenu saint Guilhem ? Qui était ce premier habitant, le nommé Amalbert? Nul ne le sait. Après cet acte capital, cette origine obscure, les documents sont devenus rares et toujours incertains dans la mesure où fleurissaient les palimpsestes. 

Devant l’incertitude des écrits, on ne saurait déceler le secret de la ville qu’en interrogeant ses vieilles pierres... Ou en faisant parler les sculptures à partir de l’analogie. Par exemple, un corps nu féminin désigne en réalité une cornue ... 

De la matière œuvrée par l’alchimiste s’élève alors un langage étincelant qui éclaire sourdement le fond des âges, où se profilent les ombres séculaires des mythologies et les silhouettes courbées des vieux maîtres médecins et alchimistes. Ainsi défilent dans ce clair obscur auréolé de l’énigme alchimique, Arnaud de Villeneuve, François Rabelais, Nostradamus, Jacques Cœur, Pierre-Jean Fabre et bien d’autres encore ... 

L’empreinte de ce savoir fut confiée à la pierre. Livre ouvert mais invisible aux yeux des Montpelliérains devenus inattentifs par l’accoutumance et aussi une certaine méconnaissance liée à la mentalité de notre siècle. Cet ouvrage vous guide, vous révèle et vous décrit l’esprit le plus intime de la ville, son expression dans la matière animée. 
Partez à la découverte du message immortel de la vieille citée Languedocienne, message qui dépasse la seule ville pour rayonner sur toute l’Europe comme le fit jadis Prague sous le règne de l’Empereur alchimiste Rodolphe II.


Approche de l'Alchimie par baglistv

Que signifie l’épitaphe « Je cherche l’or du temps » que fit graver André Breton sur sa tombe ? Quel sont les rapports de l’alchimie, de l’ésotérisme et du temps ? Dans cet exposé de 40 minutes, Léon Gineste tente de lever le voile sur ce qu’est l’Alchimie : ses origines, ses premiers manuscrits (–200 AV JC à Alexandrie), ses grandes figures historiques, ainsi que ses rapports avec la mystique et les neurosciences actuelles.

A partir de la vie de Nicolas Flamel (1360), ses songes, ses voyages et l’amour qui l’unit à Dame Pernelle (de l’amour de polarité contraire naitrait-il l’exaltation de la matière ?), Léon Gineste nous emmène, avec beaucoup de retenue, à entrer dans ce monde très fermé qu’est l’Alchimie et de nous rappeler le principe : « les richesses obtenues ne sont jamais employées à des fins personnelles ».

Si vous voulez voir l'exposé en intégralité allez sur : http://www.baglis.tv/esprit/alchimie/P168-approche-de-l-alchimie

 


 

Aux lecteurs



Dans le maquis méditerranéen au moment de la sieste méridienne, quand l’air surchauffé de l’été grésille avec les cigales, se glisse un gros soupir entre les senteurs de thym, de romarin et de lavande. C’est une couleuvre qui file, plus vive que le saut du criquet, laissant accroché aux griffes de la garrolha (1) le long drapeau transparent de ses mues. Le nom scientifique de ce reptile inoffensif est Coelopeltis Monspessulanus, ou couleuvre de Montpellier. Ce serpent s’appelle comme la ville, même s’il habite un périmètre beaucoup plus étendu. Le trésor alchimique deMontpellier est placé à la même enseigne.
C’est celui de la localité languedocienne, mais il appartient à tous les francophones : Belges, Luxembourgeois, Suisses, sans oublier les élèves de toutes les écoles françaises répandues dans le monde, nos frères africains et surtout canadiens. D’ailleurs, comment ne pas penser à celles et ceux du Québec quand, à l’occasion d’une promenade dans l’Aude, surgit du vignoble l’antique collégiale deMontréal – d’où naquit, à l’autre bout de l’océan, la métropole aux cent églises – où se prélasse au soleil la colobra (2) de Montpellier ? Et puis, sur les bords du Saint-Laurent, le verbe des troubadours a su se faire une place. Elle est précieuse cette langue, car aucune autre au monde ne parvient à nuancer et préciser autant la pensée. Sa congruence est telle qu’elle semble directement issue des exigences de notre système nerveux central. C’est donc une langue naturelle – c’est-à-dire sacrée – qui grâce à son système de suffixes, peut exprimer la quasi-totalité des nuances du coeur et de l’esprit et véhiculer avec aisance le double langage des alchimistes. C’est pourquoi elle charrie dans sa chaleurméridionale demultiples secrets hermétiques adroitement dissimulés derrière ses légendes et ses jeux demots apparemment banals, érotiques ou intellectuels, comme la cour d’amour des troubadours. 

...

______________________________________

1 Ce mot occitan désigne aussi bien les plantes aux feuilles dures de la garrigue que le chêne kermès si utile aux alchimistes au même titre que le chêne rouvre, pour fabriquer le sel. Par auto réflexivité cabalistique le mot Kermès a le même sens qu’Hermès. Les consonnes initiales sont permutantes.
2 Par analogie pho

Commentaires des clients

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.